Le secret pour tout accomplir…

escalade falaise

Comment atteindre un objectif ?

Vous pouvez tout accomplir si et seulement si vous divisez ce que vous voulez faire en petits buts atteignables…

Pourquoi cet article aujourd’hui ?

Tout simplement car on me demande souvent comment atteindre un objectif élevé. Car oui, un objectif DOIT être élevé sinon vous ne vous « battrez » pas pour l’atteindre…

La plupart des personnes se retrouvent découragées devant l’ampleur d’une tâche ou l’ampleur d’un objectif qu’ils veulent atteindre. C’est fort dommage car le secret est tout simple il suffit de découper l’immense tâche en plus petites tâches ou de découper votre objectif élevé en petits objectifs partiels.

La raison est simple, ces « petites tâches » ou objectifs partiels deviennent alors possible pour votre cerveau et votre motivation reste intacte.

[notice]Savez-vous qu’un homme a déjà mangé un avion ? Oui un avion !!![/notice]

Pensez-vous qu’il l’a mangé d’un coup ou alors petits bouts par petits bouts ? … Tout est possible si vous arrivez à focaliser sur votre prochain objectif.

Lisez ces phrases de personnes qui ont réalisé de grandes choses :

« Pour monter un escalier, pas besoin de voir la dernière marche, la prochaine suffit » Martin Luther king.

« Je n’ai pas couru 1000 miles, j’ai couru 1000 fois 1 mile… » Un vainqueur de la course de 1000 miles.

drapeau à damier

Je pourrai mettre encore plein d’autres exemples mais je pense que vous avez compris l’idée…

D’ailleurs une question, comment est-ce que vous vous y prenez pour retenir un n° de téléphone ? Vous retenez les 10 chiffres d’un coup ou vous retenez 2 chiffres par 2 chiffres ?…

Dans tous les domaines c’est la même chose que ce soit le sport, le business, l’art ou n’importe quoi d’autres, vous devez avoir des objectifs partiels en tête pour accomplir de grandes choses. La formation « O’revoir président » que j’ai lancé comporte 24 modules et chaque module me prends entre 30 et 40 h de travail, je pourrai me sentir dépassé devant la somme de travail que comporte ces 24 modules mais en prenant module par module le travail est réalisable et se passe en douceur…

A chaque fois qu’un objectif partiel est atteint vous devez vous prévoir « une récompense ». Cela peut paraitre bête mais je vous assure que c’est une excellente manière d’associer travail, motivation et réussite.

C’est selon moi une des meilleures manière de fonctionner pour atteindre de grandes choses !! Car attention ces objectifs partiels ne doivent pas vous faire oublier le grand objectif final… L’être humain est par défaut feignant donc surfez sur ces réussites successives pour réussir de grandes choses.

Pour terminer une citation de Stephen Covey : « Lorsque vous commencez, ayez la finalité en tête »

Qu’en pensez-vous ?


Incoming search terms:

  • yhs-elex_22find
  • escalade
  • escalade devers

(24 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Chose que je ne fais pas souvent : me récompenser. Je commence tout juste à le faire.

    C’est un bon moyen d’attaquer une très grande tâche (mise en place d’un projet) c’est d’ y aller petit à petit. Ne pas se tromper d’objectif, avancer… savoir comment s’organise les autres permet aussi de savoir où nous en sommes (j’aime bien faire d’ailleurs cette partie).

  2. Hello Alex,

    Prends en l’habitude tu verras, les récompenses ont un formidable pouvoir.
    Pas besoin de trucs extraordinaire, une journée off tranquille dans la nature, un petit achat que l’on souhaite faire, un bon restau avec sa femme…
    C’est un peu comme quand on dois partir en vacances, on est tout excité à l’idée de partir, là c’est la même chose être « excité » par la récompense qui nous attends une fois le travail accompli… 🙂

    1. ET ce qui éclate bien également, c’est de faire en premier un truc particulièrement chiant ou qu’on n’a pas envie de faire tout de suite et de se « récompenser » après.

      Je trouve qu’il y a une double satisfaction… 😉

      Sinon, les exemples que tu prends dans l’article sont suffisamment parlants.
      Par contre, même s’il faut découper, il ne faut pas pour cela perdre le focus, l’objectif final et trop regarder par terre.

      Sam

      1. Yes Sam ce que tu décris au départ il y a un livre dessus : « Avalez le crapaud » 🙂

  3. Salut Guillaume,

    J’adhère totalement à ce que tu dis. L’objectif doit être immense pour se surpasser mais il doit se découper en étapes sinon nous avons à faire à nos croyances qui nous bloquent.

    A titre d’exemple, disons que vous vouliez une villa à 1M d’euro ! gros objectif, qui parait très loin.
    Par contre, si votre objectif est d’économiser 200e/mois durant 1 an et dans un an ouvrir un projet dont on a à l’esprit. C’est possible, faisable et nous y croyons. Une fois que cette structure est présente on se fixe des objectifs similaire par rapport à celle-ci, et d’ici 2-3-4 voir 10 ans on peux se retrouver avec cette villa.

    C’est un exemple, mais c’est pour illustrer tes propos qui sont très juste.

    A bientôt Guillaume,

    Al

    1. Hello Alexandre,

      Très juste, on n’achète pas une villa à 1 M d’un coup, c’est grâce aux achats précédents (donc aux objectifs précédents) que l’on peut y arriver…

    • Stéphane Zenef on 24 avril 2012 at 21 h 41 min
    • Répondre

    Salut Guillaume.

    Quand je parle du même sujet, je dis en général, qu’il faut toujours conserver la vision d’ensemble en tête (l’objectif élevé) qu’on aura pris soin de détaillé (les petits bouts ou micros-tâches comme on en parlait cet après-midi sur mon blog).

    Quant à la récompense, c’est une chose qu’on a perdu en tant qu’adulte. Et quitte dans notre chemin de développement personnel à changer certaines habitudes, autant commencer par adopter celle-là.

    Après, il faut juste ne pas culpabiiser d’en faire plus que les autres, avec moins de stress, et de se faire plaisir en prime. Là, on se sent un peu seul parfois, mais on s’y fait vite.

    Merci pour ton article et à bientôt

    • Fabien de Argent-Pour-La-Vie.com on 25 avril 2012 at 9 h 30 min
    • Répondre

    Toujours procéder par étapes…
    C’est aussi comme cela que l’on apprend.

  4. Salut Guillaume,

    Oui, les récompenses sont pas forcément bien ancrées dans notre culture.

    Pourtant, elles ont ce pouvoir incroyable de nous obliger en quelque sorte à contempler le chemin parcouru.

    Car il est vrai que lorsqu’on se fixe seulement sur le futur, on peut avoir tendance à considérer qu’on avance pas, ou du moins trop lentement.

    Le fait de faire des petits objectifs, de les remplir et de régulièrement se remercier pour le chemin qu’on a déjà parcouru, est très puissant pour nous permettre de continuer la route !

    1. Je suis d’accord avec toi Grégory, on a plus la culture de la punition que la culture de la récompense… malheureusement…

  5. L’exemple des 1000 miles me parle parfaitement … il y a 2 ans j’ai participé au marathon d’Amsterdam … ma préparation n’était pas optimale et je suis parti trop vite … résultat au 25eme km j’avais déjà des courbatures ! Toutefois pas moyen que j’abandonne alors j’ai oublié le chrono et j’ai fini … doucement et souffrant mais dans ma tête je me disais toujours « Allez 500 m et ça sera bon » … je recommençais à chaque étape et j’ai terminé !

    Ce jour-là est mon « plus mauvais » chrono sur marathon (5h00) mais ça reste celui dont je suis le plus fier et où j’ai eu le plus d’émotion …

    1. Un marathon !! Chapeau, j’ai fais pas mal de courses mais jamais aussi longues qu’un marathon…

    • Marjorie/Histoire_A_Vivre_LivresPersonnalisés on 25 avril 2012 at 19 h 11 min
    • Répondre

    C’est tout à fait vrai, Guillaume. La finalité doit rester notre point de mire, le phare lointain qui nous guide, même si cela prend des années. Peu importe le chemin pour y arriver, de toute façon on ne le connaît pas d’avance. Pour cela, il nous faut un outil qui s’appelle la persévérance. La voie du kaizen me fait penser à cela aussi : les Japonais font les choses une à une, chacun se charge d’une tâche, pour au final aboutir au résultat qui n’est plus une montagne avec une telle organisation !

    1. Très joli ce que tu dis Marjorie !!

      Par contre je ne connais pas « la voie Kaizen », tu peux m’en dire plus ?

        • Marjorie/Histoire à Vivre Livres Personnalisés on 26 avril 2012 at 11 h 41 min
        • Répondre

        Voici le lien d’Olivier Roland qui m’a fait connaître ce procédé nippon : http://www.des-livres-pour-changer-de-vie.fr/la-voie-du-kaizen/
        Bien à toi cher Guillaume

        1. Merci Marjorie, je vais aller voir ça 🙂

    • Mary de Ascensionplus.com on 25 avril 2012 at 20 h 23 min
    • Répondre

    Salut Guillaume,

    Ton article est vraiment bien, il aborde plus en détail un des points que j’aborde dans mon article.
    C’est vrai qu’il faut avoir de grands objectifs et surtout se récompenser quand on atteint une étape.
    Mais, si je peux me permettre, tout n’est pas « si rose » quand on décide d’atteindre un objectif et surtout si il est élevé: et tu ne parles pas des phases où il peut y avoir des retards, des échecs ou autres. Et donc, que faire?

    1. Hello Mary,

      Effectivement, la route parfaite n’existe pas, il y a aura forcément des embuches, des retards, des changements de cap mais pour quand même atteindre l’objectif il faut que avoir le désir ardent d’atteindre cet objectif.

      Cela doit être un feu qui brûle à l’intérieur de nous !!

      Exemple à l’âge de 20 ans je me suis dis qu’un jour j’aurai une porsche, je m’étais fixé 50 ans… Cet objectif était tellement motivant pour moi que j’ai réussi à 28 ans…. 🙂

      Et il n’y a pas d’échecs, il n’y a que des informations pour recommencer d’une manière différente…. 🙂

  6. Ahhh la récompense ! il est clair que c’est un point primordial au risque de perdre sa motivation ! Mais bon, il faut savoir se récompenser raisonnablement aussi !

    • actu ciné on 27 avril 2012 at 8 h 29 min
    • Répondre

    Salut,
    Je pense que si on attend la fin du gros projet pour avoir une grosse récompense, ça devient vite démoralisant, donc j’approuve tout à fait ce que tu dis, il faut se récompenser à chaque petite réussite sur un gros projet, de cette manière on a vite envie d’une autre récompense et on fera en sorte de l’obtenir le plus rapidement possible. Et au bout du compte, petites réussites après petites réussites, petites récompenses après petites récompenses, on pourra avoir le tout en très gros 🙂

    • Pascal on 27 avril 2012 at 15 h 16 min
    • Répondre

    Je pratique aussi la découpe des objectifs en étape.

    Le problème que je rencontre parfois, c’est les étapes en poupées russes :
    une étape cache beaucoup plus de choses que prévu au départ, et chaque sous-étape se divise encore en nouvelles étapes. C’est sans fin et décourageant.

    Comment gérer ce genre de situation ?

  7. Cela semble si naturel en fait, mais j’ignore pourquoi face à de grands projets nous oublions cette simplicité. Je crois que tu as raison, c’est bien pour cela qu’un projet est souvent découpé en étapes, elles mêmes découpées en tâches et en sous-tâches.

  8. Il y a un slogan de pub qui dit « petit à petit, on devient moins petit » ça à l’air bête mais c’est tout à fait ça donc effectivement se définir une succession d’objectifs atteignables permettra de rallier au mieux le but final.

  9. Bonjour à tous.

    C’est une excellente méthode pour ne pas se démotiver.
    Il faut agir avec méthode en avançant petit à petit pour être sûr de réussir.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Découvrez tout de suite le système qui explique : 

 

- 214 opportunités qui vous permettent de devenir plus riche dès ce mois-ci (preuve à l'appui)

- Comment économiser entre 100 et 500€ PAR MOIS sur vos factures du quotidien !

 - La meilleure manière de gagner avec le bitcoin et autres crypto-monnaies (en toute sécurité !)
- Comment gagner jusqu'à 10'000€ / mois avec un business qui va exploser en 2018
( les meilleures places sont à prendre maintenant )

arrow-down