Ou placer son argent en 2014 ?

2014

Aujourd’hui, je vous présente Tanguy du blog Investir et devenir libre qui va vous donner quelques indication sur comment placer son argent en 2014, je lui laisse la parole :

 

Tout d’abord je voudrais remercier Guillaume de me faire confiance pour publier cet article. Je suis investisseur et auteur du blog investir et devenir libre. Pour bien commencer l’année, je vous fais part de mes réflexions sur les placements en 2014.

Alors que les médias communiquent largement sur la bourse et l’assurance-vie, faut-il suivre leurs « conseils » (en fait ceux de leurs annonceurs) ?

En toute indépendance et subjectivité, voici un tour d’horizon des différents supports d’investissements. Si vous avez reçu mon guide sur l’investissement, vous savez déjà qu’il faut d’abord regarder à quel moment du cycle nous sommes pour faire de bons investissements. (Pour les autres, vous pouvez le télécharger en vous inscrivant à ma lettre d’information).
NB: Mes réflexions sont influencées par ma situation financière, elles ne constituent pas des conseils d’investissements. Vous seuls êtes capables de définir les placements adaptés à votre situation personnelle. Et je peux me tromper 🙂

Commençons par les actions. La fantastique hausse des indices depuis 2009 va-t-elle se poursuivre en 2014 ?

• Je n’ai pas de boule de cristal et je ne fais pas de prédictions. Comme dit mon mentor Warren Buffett: « les prévisions ne vous apprennent rien sur l’avenir mais elles vous en apprennent beaucoup sur ceux qui les font ». Ceux qui vous prédisent tel performance en 2014 n’en savent pas plus que vous et moi. Il s’agit d’une technique marketing pour vendre leurs produits (ou passer à la télé).

• Si on regarde les chiffres, on se rend compte que les actions sont passées d’une situation de sous-valorisation forte en 2008 à une survalorisation en 2013 (sans être pour autant dans une situation de bulle). En observant le poids des indices boursiers américains par rapport à la taille de l’économie, nous sommes sur le même niveau qu’en 2007, avant le krack des « subprimes ».

• On est aussi au même niveau qu’en 1997, avant que la bulle Internet n’emmène pendant 2 ans les indices sur des niveaux de survalorisation historiques. Voila ce que donne en image l’indice boursier Wilshire 5000 face au PIB américain. Rien n’a changé par à rapport à mon dernier message ou je recommandais la prudence sur les indices actions.

courbes

  • Bien sûr, il est toujours possible de trouver des actions sous-valorisées par le marché, mais cette recherche est de plus en plus difficile sur les niveaux de prix actuels. Warren Buffett a récemment investi dans deux nouvelles sociétés américaines (cf. mes articles du mois de novembre)
  • La hausse des actions peut tout à fait se poursuivre: si c’est le cas, nous entrerons sur des niveaux de valorisation de type « bulle » et vous verrez la majorité des gens devenir extrêmement positifs sur les actions. A l’inverse, un krack est également possible car la hausse des indices depuis 2008 a été très rapide, sans vraiment de correction intermédiaire.

Prudence sur l’achat d’actions donc. Il est opportun d’augmenter son exposition sur le cash (livrets) voire sur les obligations (assurance-vie):

  • Certes les rendements sont faibles, mais il vaut mieux être prêt et liquide pour se prémunir d’une baisse des marchés et pouvoir réinvestir à bon compte sur les actions lorsque cela se produira.
  • A titre d’exemple, Warren Buffett détient 10% de son portefeuille en cash (soit 20 milliard de dollars). En a-t-il besoin ? Non pas du tout. Mais il prépare déjà la prochaine crise.

Les matières premières peuvent être renforcées:

  • Si vous avez lu mes articles sur les cycles, vous savez que les matières premières évoluent à la baisse lorsque les actions évoluent à la hausse. Et c’est ce que nous avons pu observer depuis 2009. La hausse des actions a répondu à la baisse des matières premières. L’or et l’argent ont fortement baissé depuis leurs plus-hauts.
  • Certaines matières premières cotent mêmes sous leurs coûts de production, comme le sucre. Vous pouvez lire mon analyse sur le sucre, qui explique pourquoi il s’agit selon moi d’une opportunité d’investissement à ces niveaux de cours.

L’immobilier enfin, placement incontournable pour la majorité des investisseurs.

  • Je suis toujours positif sur l’immobilier aux USA. Certes, les prix ont repris environ 15-20 % depuis leurs plus bas de la crise mais considérant que la chute a été d’environ 50 %, il y a encore de la marge à la hausse. Surtout, il est tout à fait possible d’obtenir du 15% de rendement locatif brut soit du 7-8 % net. Pour en savoir plus sur mes investissements aux USA, lire mon article ici.
  • Je suis moins positif sur l’immobilier en France, car les rendements sont plus faibles (voir très faibles sur Paris). Mais si je trouve un investissement qui rapporte du 15 % brut, j’irais regarder de plus près 🙂

 

Et vous, où allez-vous investir en 2014 ?

 

Note de Guillaume :

De mon côté, vous le savez si vous m’avez lu ces derniers mois, je suis partisan de sortir tous les avoirs bancaires que vous pouvez détenir (Assurances vies comprise…), je pense comme Tanguy que nous somme à l’aube d’une très grande crise financière qui arrivera en 2014 ou au pire en 2015. Quelles seront les conséquences de cette crise ? Je ne sais pas mais quand on voit ce qui s’est passé à Chypre, les lois qui sont votées à Bruxelles (sur le vol légal des comptes bancaires), je préfère ne rien avoir en banque et n’avoir que du physique (immobilier, or/argent physique…)

Je vous souhaite à tous de passer d’excellente fêtes !

 

Incoming search terms:

  • OU PLACER SON ARGENT EN 2014

(31 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Bonjour,
    En ce qui me concerne, je vais continuer d’alimenter mon assurance avec des fonds en euros tous les mois et également mon PEA rendement. Une baisse des actions en 2014 ne me dérangerait pas car dans ma stratégie,long terme je compte sur les dividendes versés et pas les plus values.

  2. Bonjour Alex,
    et bravo vous avez une vraie démarche d’investisseur. Une baisse des actions serait en effet une bonne nouvelle acheter des actifs à un bon prix et améliorer le rendement des investissements. Lorsque l’effort d’épargne est régulier, les fluctuations boursières sont lissées. Et de plus si vous alimentez également votre fonds en euros, vous aurez des liquidités disponibles pour profiter de la prochaine période de soldes sur les actions.

    • Nouredine on 3 janvier 2014 at 23 h 00 min
    • Répondre

    Je me rangerais à l’avis de Guillaume. Ayez un minimum de liquidités en ce moment. L’assurance vie ? Les obligations ? Savez où va l’argent ? Il sert à financer des états en faillite qui ont préferé jouer les cigales plutôt que les fourmis. Vous prêteriez de l’argent à une personne surendetté ? Moi non.
    Une Disloquation de l’euro, ou une chute du dollar est tout a fait envisageable entraînant l’explosion de notre système monétaire … Si vous pensez que je délire, imaginez simplement la probabilité que cela arrive… La question n’est pas de savoir si cela va arriver mais quand,
    Acheter de l’or ou de l’argent physique !

  3. Merci pour ce point de vue. Effectivement, le marché des actions s’est bien porté en 2013 et tout le monde s’y intéressera en 2014.
    De notre côté, nous restons sur l’immobilier et notamment l’immobilier commercial.

  4. Bonjour à tous,

    Je pense qu’un investisseur dans la valeur ou dans le rendement doit porter peu d’attention à la tendance générale des marchés.

    Pour le premier, si les marchés s’effondrent, il devrait avoir plus d’opportunités pour acheter à bon compte. Mais ça ne change pas grand chose d’autre dans sa démarche d’investissement.

    Pour le deuxième, le cours importe peu. Seul la solidité intrinsèque de l’entreprise et sa capacité à dégager des bénéfices pour en faire profiter ses actionnaires au travers de dividendes sont importants.

    De mon côté, je préfère investir dans la croissance et suivre les tendances. Les marchés américains ne semblent pas (encore?) montrer de signes de faiblesse. La hausse pourra durer quelques jours… comme quelques années, je n’en ai aucune idée. Je reviendrai en cash aux premiers signes de retournement. Pour le moment, je continue de surfer sur la vague de la hausse…

    Ben

  5. @ Gaëtan et Alexandre, vous avez raison. Il faut rester sur son domaine de compétence. J’ai commencé un livre pas mal sur l’immobilier commercial « Confessions d’un Real Estate Entrepreneur » http://www.amazon.co.uk/Confessions-Real-Estate-Entrepreneur-High-Stakes/dp/0071467939/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1385574658&sr=8-1&keywords=real+estate+entrepreneur
    Il y a des histoires assez incroyables de deals, celui qui s’y connait bien en immobilier commercial peut faire fortune on dirait !
    Je déménage à Bordeaux en février, je peux vous contacter si je fais un projet immobilier là-bas ?
    @ Ben, bon surf sur la tendance et bonne chance (PS: je suis nul en suivi de tendance)

    • BERDUGO on 13 janvier 2014 at 9 h 34 min
    • Répondre

    Bonjour

    Que pensez vous de VERA CARTE
    (Placement Or avec carte bancaire)

    Bien à vous.

  6. Bonjour Berdugo,
    étant client Aucoffre, j’ai suivi le lancement de la Vera Carte. Mais l’offre ne m’a pas convaincue. Donc je n’ai pas testé le produit ce qui ne permet pas de vous donner un avis plus éclairé. Autant je trouve qu’il est utile de détenir de l’or dans son portefeuille, mais cela reste très volatile donc pour moi peu compatible avec l’idée que je me fais d’une carte de paiement.
    Tanguy

  7. Bonjour,

    Merci pour ton article. Je partage la même vision que toi quant à l’avenir des marchés boursiers, cependant ma stratégie diffère un peu. Selon-moi, nous sommes effectivement à l’aube d’une nouvelle crise car le marché est dopé par les taux d’intérêts complètement aberrants de la BCE.
    De là à sortir toutes ses économies des banques de peur de se les faire racketter par l’Etat, je pense qu’il y a un sacré pas à franchir. La France n’est pas Chypre, on est à des années lumières de cela. Et même si la France venait à manquer d’argent, elle pratiquerait un grand emprunt (comme cela s’est vu à plusieurs reprises) plutôt qu’un racket.

    Il ne faut pas quitter ou boycotter le marché actions pour autant, au contraire, c’est le moment d’investir sur les valeurs défensives qui sont sous cotées et de les revendre le moment venu (après un krach).

    Maxime

    • Nouredine on 17 janvier 2014 at 18 h 30 min
    • Répondre

    La France n’est pas Chypre, certes. Imaginez donc la stupéfaction si une confiscation d’une partie de notre épargne arrivait ! Cette éventualité est peu probable mais elle n’est pas impossible.
    Le vrai problème étant que lorsque Chypre ou la Grèce ont faillit, les autres pays européens étaient la pour se porter garant ( ils ont prêté à ces 2 pays de l’argent qu’ils n’avaient pas). Mais quid de la France si celui lui arrivait ? Est-elle « too big to fail  » ? Rien n’est moins sur. Dans son histoire, elle a déjà fait plusieurs fois faillite, pourquoi pas une de plus ? En tout cas pour moi, le risque est la. Je le dis encore une fois. Il ne n’agit de savoir si cela va arriver mais QUAND.

  8. Bonsoir Nouredine,

    en fait ça ne se passe pas vraiment comment ça.
    1) La France n’a jamais fait faillite, elle n’a jamais fait défaut à ses créditeurs depuis l’instauration de la république. C’est d’ailleurs pourquoi la note de la France est si peu dégradée alors que sa situation économique est loin d’être au beau fixe.
    2) En cas d’impossibilité de trouver des fonds, la France est l’un des pays les plus puissants de l’UE (avec l’Allemagne), il s’agira donc de dévaluer l’euro pour pouvoir payer ses dettes.

    Jamais un pays comme le notre n’ira ponctionner l’épargne de ses citoyens, c’est tout simplement anti-constitutionnel.

    Ce qui est arrivé à Chypre ne sera jamais comparable à la France tout simplement car Chypre était gangrenée par une économie souterraine bien trop active et sa politique de taxes.

    Sans condescendance aucune, il s’agira d’arrêter d’avoir cette vision pessimiste alimentée par l’imaginaire populaire de personnes sans grandes connaissances de l’économie. Ce n’est pas comme ça qu’on sortira de cette crise qui, elle, est belle est bien toujours présente.

    Cordialement,

    Maxime de meilleurs-rendements.com

      • Gautier on 23 février 2014 at 10 h 32 min
      • Répondre

      Quelle délire Maxime¨!!!!!
      La processus de spoliation de l’épargne française déjà en route et depuis des dizaines d’années
      lisez des livres de Maurice Allais qui sont écrites dans les années 70
      On a la même technique aujourd’hui, rien n’a change

      1. Bonsoir Gautier,

        je ne pense pas partir dans des délires en exprimant des faits économiques. Mais bon passons.

        Pour vous répondre vous êtes un peu hors sujet. Il y a une différence notoire entre (et j’utilise votre vocabulaire) « processus de spoliation de l’épargne Française » et des saisies purement et simplement anti-constitutionnelles.

        Ce que vous nommez spoliation de l’épargne, c’est l’érosion des revenus du capital par la taxation. Mais en soit, n’est-ce pas une bonne chose ? Vous préfèreriez revenir 300 ans en arrière avec une classe dominante vivant de ses rentes ? Personnellement moi non. Ainsi il est tout à fait normal qu’aujourd’hui les revenus du capital soient taxés de la même manière que les revenus du travail. N’oubliez pas une chose, c’est qu’une économie ne tournera jamais si personne ne travaille pour créer de la valeur.

        Les idées de Maurice Allais sont très bonnes, il a d’ailleurs été l’un des plus grands économistes de notre siècle, mais citer un auteur dans un contexte complètement différent que celui du topic initial, cela n’a pas de sens 😉

          • Gautier on 11 avril 2014 at 12 h 30 min
          • Répondre

          Bonjour Maxime,
          Vous dites:
          Spoliation de l’épargne, c’est l’érosion des revenus du capital PAS par la taxation mais belle et bien PAR L’NFLATION

          • Gautier on 11 avril 2014 at 12 h 31 min
          • Répondre

          Bonjour Maxime,

          Spoliation de l’épargne, c’est l’érosion des revenus du capital PAS par la taxation mais belle et bien PAR L’NFLATION

          1. Bonjour Gautier,

            cela ne change absolument rien à mon argumentaire.

            De toutes façon l’inflation (limitée) est une bonne chose, sans inflation notre économie (et celle de nos pères ainsi que des pères de nos pères etc…) ne pourrait pas fonctionner.

            De plus je ne vois absolument pas ce que l’inflation vient faire dans cette conversation puisque cette dernière n’érode en RIEN votre capital…. Sauf si vous aimez à stocker des billets de banques sous votre matelas. L’inflation concerne la monnaie, pas votre épargne. Votre épargne est protégée puisqu’elle est investie dans un support (physique ou financier) qui est censé vous rapporter plus que l’inflation (et si ce n’est pas le cas, je vous invite à tourner vos lectures vers des ouvrages concernant l’investissement plutôt que vers ceux qui prédisent la fin du monde…

            Donc pour en revenir à la spoliation de l’épargne, elle ne se fait pas par l’inflation (encore une fois sauf si vous stockez des billets dans votre matelas) mais bien par la taxation des revenus du capital….

    • Nouredine on 17 janvier 2014 at 20 h 42 min
    • Répondre

    Si la note de la France est si peu dégradée c’est parce que la France s’appuie sur un confortable matelas :les 1700 milliards que représentent l’épargne des français. En cas de défaut de paiement, que croyez vous que l’on fera ??
    La France sait aussi, contrairement à la Grèce, très bien lever et collecter l’impôt ! Un gage sérieux d’efficacité qui rassure.nos créanciers ! Arrêtons de toujours nous prendre pour la 8eme merveille du monde. Ce temps est révolu. La France n’est pas à l’abri.
    Il n’y a qu’à d’évaluer l’euro pour payer les dettes ? Si c’était aussi simple on se demande pourquoi ce n’est pas déjà fait, non ? Une dévaluation favorise les exportations mais renchérit les importations (énergie etc…). L’Allemagne qui a connu des dévaluations importantes durant les heures les plus sombres de son histoire sait aussi ce que cela peut entraîner.
    Ne trouvez vous vous pas bizarre les cours anormalement bas de l’or alors de plus en plus de pays rapatrient leur métal précieux ?
    Je suis loin être un pessimiste. Au contraire. Cela ne m’empêche pas d’investir actuellement par exemple. Je suis par contre un pragmatique et me prépare à cette éventualité. En cas de faillite, l’argent, les richesses, ne disparaîtront pas . Ce sera une gigantesque redistribution qu’il s’agira de capter à ce moment la

      • Gautier on 23 février 2014 at 10 h 36 min
      • Répondre

      Voulez vous dire Nouredine que le pouvoirs d’achat l’or et l’argent doit être exorbitant ?

      • Gautier on 11 avril 2014 at 12 h 47 min
      • Répondre

      Si la note de la France est si peu dégradée c’est parce que la France s’appuie sur un confortable matelas :les 1700 milliards que représentent l’épargne des français. En cas de défaut de paiement, que croyez vous que l’on fera ??
      Si cette argent va être voler directement et ouvertement Quelle sont les conséquences?
      Ça se faisait en douceurs par l’inflation c’est plus intelligente il me semble

  9. Nouredine, vos idées sont intéressantes mais vous semblez mélanger beaucoup de choses.

    Juste deux ou trois petites corrections à votre argumentaire :
    – Vous avez tout à faire raison lorsque vous dites qu’une dévaluation facilite les exportations mais ralentit les importations. Cependant vous parlez d’importation d’énergie, les seules énergies que l’on importe sont les énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) donc attention à ne pas généraliser cela aux autres énergies.
    – Je vais chausser mes gros sabots pour vous donner des pistes de réflexion sur les bienfaits d’une dévaluation de l’euro : confortation de la position dominante de nos télécomunications dans le monde (renseignez vous sur le réseau orange à travers le monde), confortation de la position dominante de notre réseau de distribution d’eau en europe, confortation de notre position quasi-dominante en matière de production d’électricité. Meilleure exportation des industries françaises (Aéronautique, Automobile, agro-alimentaire, laboratoire, EPR,Gros oeuvre, etc etc etc…). Redynamisation de l’industrie française au sein de notre pays.
    – Baisse des taxes sur le pétrole pour conserver son prix actuel, le trou étant comblé par les taxes sur les industries françaises qui repartiraient à la hausse… (c’est encore un autre débat)
    – bien d’autres idées que je n’ai pas le temps de développer.

    Concernant le prix de l’or :
    Il est EVIDENT et tout à fait normal que le prix de l’or baisse. Si vous n’avez pas vendu au bon moment, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même. Petit rappel : l’or est une valeur refuge, c’est à dire que l’on place ses fonds dans cette matière en cas de crise pour protéger son patrimoine. Or, depuis 2013, l’économie mondial est en plein redémarrage. Il en résulte que les investisseurs se désintéressent de l’or pour investir ailleurs (sur les marchés financiers par exemple) sur des produits qui vont proposer un rendement (que l’or n’apporte pas puisqu’il ne produit rien). Loi de l’offre et de la demande : chute du cours de l’or.

    Ne mélangez pas tout ! Si certains pays (USA & Chine puisque l’on parle d’eux) rapatrient un maximum d’or chez eux, c’est tout simplement car ils veulent imposer leur monnaie pour les transactions internationales. Cela n’a absolument rien à voir avec ce que que vous essayez de faire passer entre vos ligne.

    Je vous rassure, je suis moi-même très pragmatique, cependant je déteste le « french bashing », la France dispose d’entreprises exceptionnelles, de magnifiques industries très compétitives et très inventives et de PME encore plus belles sur des secteurs très porteurs. Avant de faire couler le CAC40, de l’eau aura coulé sous les ponts.

    Vous dites que la France n’est pas à l’abris, certes, comme aucun pays. Cependant le pays a beaucoup moins été touché par la crise que les USA qui sont encore debout et qui n’ont pas eu à ponctionner l’épargne de leurs citoyens pour s’en sortir (je vous invite à consulter le classement de l’endettement des pays), lest USA sont endettés à 95% de leur PIB (contre 92% pour la France qui ne figure même pas dans le top 10 des pays endettés).

    Bref je ne suis pas optimiste mais réaliste, les scénarios catastrophe hollywoodiens sur l’économie ne m’intéressent pas. Je m’arrête là car je n’ai malheureusement pas le temps de poursuivre le débat qui pourrait durer, je pense, éternellement…

    Cordialement,

    Maxime

    • Nouredine on 17 janvier 2014 at 22 h 09 min
    • Répondre

    Merci pour cet argumentaire très complet ! Vous ne répondez cependant pas a la question qui en en découle. Si la dévaluation à autant de bienfaits que vous le dites, pourquoi la banque centrale s’entête à favoriser un euro fort ? Pas par masochisme quand même ? L’Allemagne, grand pays exportateur, ne veut pas entendre parler de d’évaluation , ni la France d’ailleurs .
    Pourquoi les taux d’intérêt restent ils si bas si ce n’est pour permettre aux pays d’emprunter encore et encore ?
    Ce cycle peut-il être infini ?
    Je n’ai pas abordé en outre la valeur des actions (américaines et autres) qui, pour beaucoup, m’apparaissent sur évalués; ou encore les risques de déflations qui pointent à l’horizon.
    Je ne suis pas économiste, ma culture en ce domaine est somme toute limitée, mais toutes les tendances que j’analyse en ce moment me mettent mal à l’aise comme si les chiffres ne reflétait pas la réalité de la situation…

      • Gautier on 11 avril 2014 at 13 h 05 min
      • Répondre

      Bonjour Nouredine,
      hyperinflation forte on ne subit pas encore car elle a l’aire d’être exporte a l’étranger
      En tout cas cette système est instable a long terme
      USA et L’Europe produisent mois en mois on peut essayer de boucher les trous mais au bout de moment
      la réalité doit taper fort
      donc la pauvreté , le chômage et perturbation sociale vont que augmenter si notre cher gouvernement continue fermer les yeux
      d’ailleurs il est peut être déjà tard de changer la situation….

  10. Nouredine,

    Pourquoi la BCE s’entête à favoriser un euro fort ?
    – L’Allemagne a eu une influence croissante ces dernières années, au point qu’elle en est arrivée à diriger la machine économique Européenne. L’ancien président arrivait tant bien que mal à contre-balancer ce pouvoir mais le nouveau ne semble pas concerné par ce débat.
    Ce n’est donc pas l’europe qui veut un euro fort, mais l’Allemagne. La vraie question est : Pourquoi l’Allemagne a-t-elle intérêt à avoir un euro fort ? Tout simplement parce que l’Allemagne est un pays très industriel, mais contrairement à la France (dont les industries concernent majoritairement le primaire et le tertiaire), les industries Allemandes sont basées sur le secondaire (particulièrement dans les biens d’équipement, machines-outil etc… qui vont directement dans les PED) et ont donc besoin de matières premières pour fonctionner. L’euro fort a cet avantage que vous avez très bien décrit, il permet de réduire le coût des importations (et donc des importations de matières premières).

    Pourquoi la France ne veut pas entendre parler de dévaluation ? Je vais vous répondre par une autre question : quand est-ce que l’on va commencer à mettre des économistes qui utilisent des raisonnements postérieurs à 1950 à Bercy ?

    Concernant la suite de votre message, je nuancerai ma réponse. Vous avez tout à fait raison sur certains points, mais sur d’autres je suis en désaccord.

    Ainsi vous parlez des taux d’intérêt très bas, c’est un vaste sujet économique et encore une fois il y a des pour et des contres. Je pense que le pays a besoin d’avoir des taux très bas en ce moment, augmenter aujourd’hui les taux réduirait les investissements des entreprises et freinerait la reprise économique (comme vous le dites on tomberait alors en stagflation, voir pire, en déflation). Cependant il va falloir trouver le juste milieu et faire remonter les taux au meilleur moment, pas trop tôt pour les raisons précédemment citées, pas trop tard pour éviter une bulle.

    Concernant l’évaluation du marché des actions je vois les choses différemment. Je ne pense pas qu’aujourd’hui les actions soient trop chères. Je pense qu’elles sont justement au prix du marché (CF leur prix en 2007, il n’y avait pas de bulle sur les actions d’entreprises). Certes l’ombre des taux d’intérêts très bas nous fait comprendre que les actions sont sous perfusion, mais comme je vous l’ai expliqué dans mon précédent paragraphe, tout va dépendre du choix de la BCE, il faudra agir… ni trop tôt, ni trop tard !

    Tout n’est pas à jeter dans votre analyse, comme vous je suis méfiant, mais le risque se mesure et il faut simplement être plus attentif aux signaux macro-économique pour investir de façon judicieuse !

      • Gautier on 2 août 2014 at 14 h 20 min
      • Répondre

      Bonjour Maxime ,
      On peut parler de taux d’intérêt,
      On peut parler de l’inflation,
      On peut parler de la bourse,
      On peut parler de la constitution et droit de l’homme,
      Mais le plus importent est que économiquement la France coule .

      Et pourquoi elle coule?
      Tout simplement parce que le pays a été désindustrialise.
      Sans son industrie la France va sombre dans la pauvreté et effondrement de la civilisation qu’on a aujourd’hui.
      La reflection ou il faut investir doit être raisonner a partir de cette base .
      Il est intéressent de découpler les démarches gouvernementale qui essaye de boucher des trous par la:

      -Baisse de taux d’intérêt car il y a pas grand chose a pomper de ce peuple et en plus ça maintien la demande crédit immobilier qui permet d’avoir des emplois en construction,rénovation,vente pour les commerciaux ect.
      -Baisser le temps de travaille (contrat 35h)
      -Augmenter inflation ou sous l’étiquette crise voler les épargnantes directement .
      -Monter des impôts.

  11. Que de pessimisme ! Allez on va croiser les doigts et espérer que le système financier mondial tiendra le coup encore une année de plus 😉

      • Gautier on 11 avril 2014 at 13 h 07 min
      • Répondre

      Plutôt de réalisme

  12. Bjr à tous
    au niveau des matières premières, plus spécifiquement au niveau des métaux précieux tel l’or et l’argent; ces actifs donnent des signes de reprise; d’un point de vue analyse chartiste du moins.
    bonne continuation
    Pascal TRICHET

    • Gautier on 2 août 2014 at 12 h 03 min
    • Répondre

    Si l’état osera vraiment voler directement les épargnants français , surtout les retraite ,ce que ca vaut dire que tous les discours de la liberté ,démocratie en France n’est que des belles paroles.

  13. Comme cité dans l’article, l’immobilier en France ne promet plus de rendement à deux chiffres. Cependant il reste un secteur indispensable dans la constitution d’un patrimoine. Pour cela le véhicule de placement des SCPI (société civile de placement financier) est une alternative intéressante à l’achat d’immobilier en direct. L’achat de parts peut se faire dès 1 000€ et permet de détenir une part d’immobilier d’entreprise : commerces, bureaux, locaux d’activités. Le risque est partagé entre les différents biens détenus par la société et le rendement reste stable et correcte en prenant en compte la prise de risque avec un rendement moyen de 5,13% pour l’année 2013.

      • Gautier on 23 novembre 2014 at 0 h 09 min
      • Répondre

      C’est la question… le risque…

  14. L’avantage d’un article qui suscite la polémique comme celui-ci, c’est que l’on a du bon à prendre à la fois dans l’article et dans les commentaires. Cela à au moins le mérite d’être enrichissant.

    Merci à vous.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Découvrez tout de suite le système qui explique : 

 

- 214 opportunités qui vous permettent de devenir plus riche dès ce mois-ci (preuve à l'appui)

- Comment économiser entre 100 et 500€ PAR MOIS sur vos factures du quotidien !

 - La meilleure manière de gagner avec le bitcoin et autres crypto-monnaies (en toute sécurité !)
- Comment gagner jusqu'à 10'000€ / mois avec un business qui va exploser en 2018
( les meilleures places sont à prendre maintenant )

arrow-down